Le voyage

Cela fait maintenant trois ans que j'ai monté mon petit centre de tourisme équestre / équithérapie à Malaucène dans le nord Vaucluse. Mais à 24 ans, malgré tout le bonheur que m'apporte cette activité, j'éprouve le besoin d'aller voir ailleurs si j'y suis !

 

J'ai donc décidé de mettre mon centre en sommeil pour l'année 2011-2012 et de partir voyager. À cheval, c'est tombé sous le sens (tant qu'à faire !). L'idée est d'aller à la rencontre de gens ou d'endroits que j'ai envie de voir, je compte prévoir le squelette du parcours, mais il n'est pas fixe et dépendra des rencontres.

Je prévois pour l'instant de rester en France, mais au cas où une frontière nous tenterait, j'ai quand même fait faire un passeport à Effy.

 

L'itinéraire devrait ressembler à ça :

 

- Rodage d'hiver, de mi-novembre à fin décembre 2011 (je compte faire des étapes dans plusieurs de ces villages) :

=> Malaucène, Brantes, Eourres, Moustiers, Ste Croix, St Paul de Vence, Draguignan, Forcalquier, Sault, Malaucène

 

- Boucle sur la France, départ mars 2012

=> Malaucène, Cévennes, Pyrennées, Auvergne, Bretagne, Nohant, Isère, Malaucène

            (là je n'ai pas mis l'itinéraire précis mais c'est parce que je n'ai pas fini de le mettre au point, disons que c'est tour de France moins le Nord-Est)

 

Je reviendrais vers la mi-juin à Malaucène (en laissant sûrement les chevaux là où ils sont à ce moment là) pour faire la saison de tourisme au centre, histoire de refaire le plein de sousous !

 

 

                                                                      -----

 

 

Il y a quelques thèmes / objectifs à ce voyage...

 

 

- Travail sur la féminité et suivi des rivières

 

Forcément en tant que thérapeute avant tout, ce projet ne pouvait pas ne pas être pour moi synonyme de soin. Il se trouve que la féminité va être mon cheval de bataille, ou du moins mon domaine d'exploration pour ce voyage. Qu'on s'entende bien, quand je parle de féminité je ne parle pas de savoir être gracieuse ou bien se peindre les ongles, mais du rapport que l'on entretient avec le fait d'être femme, dans tout ce que cela induit.

Pour moi tout ça est très lié aux rivières, et aux chères divinités qui les peuplent : je me suis toujours sentie particulièrement sereine, inspirée et protégée à leur contact. Ainsi j'aimerais bien lors de mon périple suivre les rivières, et bien sûr rendre visite aux sources. Les affluents aussi sont auspicieux m'a dit mon père.

D'ailleurs mon nom de famille, Durrieu, veut dire "de la rivière", si c'est pas un signe ça !

 

        à écouter => La fiancée de l'eau - La Rue Kétanou

        à lire => L'enfant de la haute mer - Supervielle

        à regarder =>

 

- Travail sur l'intuition

 

Là il s'agit d

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :