Les 3 semaines suivantes !

Publié le par La Caminarello

Finalement je n'ai pas réussi à retrouver de cybercafés pour continuer à vous donner des nouvelles, alors les voilà, un peu moins fraîches que les précédentes! (je suis bien au chaud chez moi ^^)

Enfin il y en avait un à Moustiers Ste Marie, mais à 2€ le quart d'heure, avec un pc qui rame, autant dire que ça ne l'a pas fait...il y a des limites à ma générosité !

 

Je vais essayer de reprendre où j'en étais :

 

Jour 10 : Repos à Sisteron

Il a plu toute la journée, et on avait fait les courses la veille, alors on a passé la journée sous la tente, au chaud  (enfin façon de parler) et au sec !

 

Du coup l'occupation principale de la journée : manger !

Bon sur cette photo on dirait que j'ai 70 ans mais j'assume, on sent bien le "MANGER" !!!

http://www.corambe.com/caminarello/SOL40.JPG

 

Et célébrer un peu la société de consommation (désolé...).

http://www.corambe.com/caminarello/SOL37.JPG

 

J'ai quand même un peu bossé aussi et j'ai fait pas mal de petites réparations et coutures sur le matos. En 10 jours il y avait déjà un peu de boulot (surtout à cause de l'étape "drailles à sangliers", pleins de branches et quelques torrents à traverser). C'est très agréable de sentir qu'on peut réparer au fur et à mesure ce qui ne va pas, on se sent plus autonome et je trouve que ça fait vraiment partie des côtés très agréable inhérents au nomadisme. On a le temps pour le faire, et les priorités ne sont pas les mêmes que dans la vie courante, elles sont plus basiques mais primordiales. Le matos qu'on transporte c'est notre foyer, et en prendre soin a un côté réconfortant.

 

On avait à Sisteron un bivouac magnifique, au nord du massif du Molard,

avec une vue imprenable sur la citadelle.

http://www.corambe.com/caminarello/SOL41.JPG

 

C'est quand même superbe...

http://www.corambe.com/caminarello/SOL42.JPG

 

=> Un peu d'histoire sur la citadelle de Sisteron 

 

Jour 11 : Sisteron => Volonne

 

Traversée de Sisteron le jour du marché de Noël. Première ville à traverser, tout s'est bien passé, les gens pensaient qu'on était là pour l'animation de Noël, on aurait du y penser et se faire embaucher par la ville !

 

On a suivi après Sisteron la route Napoléon, sur laquelle on a croisé cette jolie cascade/fontaine.

Peut-être que les chevaux des troupes napoléoniennes y ont bu aussi...

http://www.corambe.com/caminarello/SOL43.JPG

 

Arrivés à Volonne on a bivouaqué au creux d'un vallon à côté d'une vieille bergerie, avec la plus belle herbe qu'on ait vu de tout le voyage. Au bout d'un certain temps, on regarde avec une grande avidité la moindre parcelle bien herbée que l'on croise sur la route. Par contre à partir d'Eourres j'ai décidé de complémenter Brownie qui avait un peu perdu d'état, donc sur tout le reste de la route on transportait de l'orge (avec les sacs à eau Ortlieb qui soit dit en passant sont très pratiques pour ça).

 

Tout au long du voyage, j'ai pu observer Brownie et Caroline manger des cynorhodons,

petit fruit de l'églantier plein de vitamines C.


Brownie fait une petite cure de vitamines par elenor84

 

 

Jour 12 : Volonne => Mallemoisson

 

Pendant quelques jours il n'y a plus eu de photos (plus de batterie sur l'appareil), mais on a bien pris notre rythme. Les étapes sont belles, on a découvert le petit plaisir certains matins de s'arrêter prendre un petit chocolat chaud/croissant dans les villages qu'on traverse. Mine de rien ça nous réchauffe bien et ça nous fait notre petit moment de confort de la journée, ça aide bien !

On a arrêté les feux le soir, il fait trop froid et il y a du vent depuis quelques jours donc trop de fumée dans les yeux. Le soir c'est préparation de la popote et dodo direct ! Les températures sont telles que c'est le moment le plus dur de la journée, le soir quand la nuit vient de tomber et qu'on est pas encore dans les duvets.

 

Ce jour là on a fait escale chocolat/croissant à "L'escale" (haha!), un village après Volonne. Une vieille dame érudite avec qui j'ai discuté m'a dit qu'à l'époque les colporteurs protestants partaient de Malaucène pour répandre la "bonne parole" dans cette région, peut-être avons-nous suivi leurs traces aussi...

Le fait de voyager au rythme ancestral du pas des chevaux nous rend solidaires de toutes les personnes qui ont emprunté les mêmes chemins, et ça m'a donné une irrésistible envie de mieux connaître l'histoire des coins que l'on traversait. Les montagnes ne bougent pas (ou très peu!), et les itinéraires que l'on choisit de manière pragmatique ont certainement été empruntés par de multiples caminaires dans l'histoire. Cela engendre une autre relation au territoire traversé.

 

J'ai su plus tard en discutant avec mon père (féru de généalogie) que les villages où nous avions décidé de bivouaquer avaient pour beaucoup un lien avec mes ancêtres qui y avaient vécu, travaillé ou y étaient nés. En sortant du rythme mécanisé de la vie actuelle, on renoue avec la magie ambiante qui peut alors guider nos pas.

 

Dernières photos : on remonte après notre pause à L'escale, en direction du col des Pénitents.

On voit en fond la vallée de la Durance d'où l'on venait.

http://www.corambe.com/caminarello/SOL44.JPG

http://www.corambe.com/caminarello/SOL45.JPG

 

 

Jour 13 : Mallemoisson => Bras d'Asse

 

Plus de carte pour continuer (on ne l'avait pas trouvée à Sisteron), alors j'ai attendu au bord de la route avec les juments et Samy est parti en stop à Digne à 10km pour aller chercher ladite carte. On a pu repartir en passant par Carmejane, fameux lycée que tous les "agricoles" du sud-est connaissent, et une superbe piste qui nous a fait retomber vers St Jeannet et la vallée d'Asse. On retrouve les premiers oliviers qu'on avait plus trop vu depuis qu'on était parti de chez nous, on passe dans un autre pays, il y a une différence climatique certaine, la terre n'est plus la même et je retrouve ce à quoi j'appartiens. J'aime cet arbre, demeure d'Athéna, plus qu'aucun autre et ça m'a fait très plaisir de les retrouver.

Arrivés à Bras d'Asse pour le bivouac, les terres sont soit très sèches sur le coteau, soit cultivées au bord de la rivière. On nous propose alors de nous installer au milieu du village : il y a un bout de terrain qui appartient à la mairie et qui ne sert à rien, avec une belle herbe verte ! Ca nous change de nos bords de rivières sauvages et FROIDS. En plus boire un coup le soir dans le bar avec les juments en face c'est quand même sympa. Et bien sûr la rencontre avec les habitants du village, et surtout les enfants qui ont accourus direct pour jouer avec Effy et carresser les juments.

 

Jour 14 : Bras d'Asse => Moustiers Ste Marie

 

Petite surprise le matin : de la neige. Il n'est pas tombé grand chose parce qu'il a neigé pendant 1h/1h30 mais la neige tenait quand même. Je ne savais pas combien il allait tomber, du coup on a changé le parcours que j'avais prévu qui nous faisait arriver à Moustiers par le haut et nous faisait dormir à St Jurs (à 925m d'altitude). On est donc passé par Puimoisson. Avant de partir du village, une petite fille qui s'était motivée de bon matin est venue nous dire au revoir malgré la neige, elle a lancé à la mule un "rentre bien dans ton pays" avec de grands yeux mouillés qui m'a particulièrement touchée. Cette petite Caroline émeut beaucoup de monde, et ça promet pour la thérapie...

 

Jour 15 à Jour 19 : Repos à Moustiers

 

Mon père a des terres à Moustiers, on a donc décidé d'y faire étape quelques jours durant lesquels ma famille nous a rejoint pour fêter Noël. Moustiers est un village assez exceptionnel. Niché au creux de falaises, il est traversé par le Riou et surplombé par une étoile suspendue dans le vide. L'origine de cette étoile n'est pas connue, ce qui laisse place à de multiples légendes. La plus connue est celle contée par Mistral selon lequel elle aurait été installée là comme ex-voto dédié à la Vierge Marie, selon le vœu du chevalier Blacas, un croisé emprisonné par les Sarrasins en 1210, qui avait promis, s’il revenait dans son village, d’y suspendre une étoile et sa chaîne en hommage à Marie.

Le village est magnifique, et il fut depuis longtemps considéré comme un lieu sacré (occupation depuis -30 000, premier temple construit en 470 en lieu et place de l'actuelle Chapelle Notre-Dame de Beauvoir et processions célébrant Diane). Un peu d'histoire sur Moustiers

 

Les terres où on a décidé de camper sont à quelques centaines de mètres du village, au bord de la falaise. C'est sec, mais du coup qu'est ce qu'on était bien, il faisait beaucoup plus chaud que dans tous les endroits où on avait été jusqu'alors (pourtant c'est à 650m d'altitude à peu près). Un habitant de Moustiers  propriétaires de chevaux nous a gentiment donné quelques bottes de foin et un peu de ruban pour faire une clôture improvisée. Merci à vous Jean-Baptiste ! On est allé chercher le foin au village avec la mule, et là je regrette un peu de pas avoir de photos de la mule chargée de foin dans les petites rues pavées du village, cela faisait un joli tableau !

 

Notre campement à Moustiers. J'ai pas trop assuré pour les photos,

mais entre la croupe de Brownie et la tête de Caroline on voit un bout du lac de Ste Croix...

http://www.corambe.com/caminarello/SOL46.JPG

Un bout des falaises

http://www.corambe.com/caminarello/SOL49.JPG

Mes chers oliviers

http://www.corambe.com/caminarello/SOL50.JPG

 

 


Fin d'après-midi à Moustiers par elenor84

 

Mon père a aussi des terres en haut des falaises, au dessus de Moustiers donc.

C'est que du parcours mais l'endroit est magnifique, on y monte par une ancienne voie médiévale.

 

http://www.corambe.com/caminarello/SOL52.JPG

 

En haut des falaises, on voit en face le plateau de Valensole.

Samy classe internationale avec son sac LIDL !

http://www.corambe.com/caminarello/SOL53.JPG

 

Le père et la fille

http://www.corambe.com/caminarello/SOL55.JPG

 

Le père et la mule !

http://www.corambe.com/caminarello/SOL56.JPG

 

Le cadeau de Noël de la tente

(une idée de Samy parce qu'on avait fait quelques cauchemars à l'allée, et on en a plus fait au retour !)

http://www.corambe.com/caminarello/SOL64.JPG

 

 

Jour 20 : Moustiers => Brunet

 

Départ de bon matin du village de Moustiers, petit arrêt à la mignonne crèche du village!

http://www.corambe.com/caminarello/SOL58.JPG


Et passage du pont au dessus du Riou

http://www.corambe.com/caminarello/SOL59.JPG

 

On est content de repartir et motivés, ce sera une étape à 26km.

Super traversée du plateau de Valensole, avec un paysage...plateau...

http://www.corambe.com/caminarello/SOL60.JPG

 

Arrivés le soir à Brunet (on retrouve la vallée d'Asse),

on s'est fait gravé le portrait sur le fronton d'une église.

hihi (bon il manque la mulette mais sinon c'est ressemblant)

http://www.corambe.com/caminarello/SOL63.JPG

 

Jour 21 : Brunet => La Brillane

 

Pause de midi au bord de la N100 et de l'Intermarché,

les juments ne sont pas dérangées, tant que l'herbe est belle !

http://www.corambe.com/caminarello/SOL65.JPG

 

On comptait trouver de l'orge à Oraison mais la coop était fermée pour les vacances, on en a donc demandé à un paysan propriétaire de chevaux et il nous a offert l'hospitalité dans une de ses belles prairies. Super rencontre, Luc et son frère Patrick sont adorables, et entre amoureux des chevaux le courant passe tout de suite très vite !

Luc élève de beaux haflingers en plus de son boulot d'agriculteur, il n'a pas encore de site mais je mettrai ses coordonnées dans la rubrique ''Tout le reste''.

 

Jour 22 : La Brillane => Reillane

 

27 km, on commence à bien prendre le rythme et à sentir l'écurie aussi. De bon matin on s'arrête dans le petit village de Niozelles pour notre café/chocolat du matin. Le village ne paie pas de mine, mais les habitants sont vraiment sympa. On a été bien entourés pendant 20minutes, les juments ont eu droit à des pommes, on nous a proposé de nous accueillir pour une douche ou un repas au chaud, et une jeune maman nous a même rejoints sur la route avec sa voiture après qu'on soit partis pour nous apporter un casse-croûte. 

Belle journée, bien qu'il ait fallu zigzaguer pour éviter au maximum de passer sur la N100, très fréquentée et dangereuse dans ce secteur. Arrivés aux environs de Reillane, toutes les terres étaient cultivées, on a eu beaucoup de mal à trouver un bivouac et on a finalement campé sur le terrain d'un magnifique domaine dont les propriétaires furent là aussi très accueillants.

 

Jour 23 : Reillane => Saignon

 

Petite pause à Céreste de bon matin, ça me tenait à coeur : c'est le village où René Char a vécu durant la Seconde Guerre Mondiale est duquel il a mené son action dans la Résistance. Pour en savoir plus à ce sujet : la biographie écrite par Greilsamer ("L'éclair au front") est très bien faite, et rend un vibrant hommage à ce grand poète.

 

Le stress du voyage...

http://www.corambe.com/caminarello/SOL67.JPG

 

Jour 24 : Saignon => Gargas

 

On a décidé de passer le Nouvel An avec des amis dans un gîte, donc petit arrêt à Apt pour trouver un gîte à proximité.

 

Les juments squattent un parc municipal, très pratique !

 

 

Jour 25 : Repos, potes, raclette, champagne, etc..!!

 

Effy en mode "je récupère" 

http://www.corambe.com/caminarello/SOL73.JPG

 

Jour 26 : Gargas => Lioux

 

Départ de bon matin (c'est quand même un lendemain de réveillon, faut pas pousser...)

du gîte où on a été bien accueillis, petite photo souvenir avec les propriétaires

http://www.corambe.com/caminarello/SOL73.JPG

 

L'eau, c'est bon !

  http://www.corambe.com/caminarello/SOL76.JPGhttp://www.corambe.com/caminarello/SOL77.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les louloutes après une première bonne montée

http://www.corambe.com/caminarello/SOL80.JPG

 

On avait décidé de faire étape à la maison forestière Les Beaumelles, au coeur de la forêt de St Lambert. Gilles, le garde forestier qui y vit, nous a offert l'hospitalité. On a ripaillé toute la soirée et passé une bonne nuit dans une chambre, c'est toujours agréable !

 

L'autre habitant du hameau est un éleveur de volailles pour la chasse, et il y avait dans l'enclos quelques paons. Apparemment ils servent à éloigner les aigles, leur présence protège les faisans de l'élevage.

http://www.corambe.com/caminarello/SOL82.JPG

 

 
Caroline et Effy découvrent les paons par elenor84

 

Jour 27 : Lioux => Bédoin

 

De la pluie était prévue pour cette journée, mais, bien que Gilles nous ait proposé de rester, on prend quand même la route. C'est une rando de rodage, et on a pas encore eu un vrai jour de pluie, donc allons-y. Et puis on est trop près de la maison pour prendre un jour de repos.

 

Départ de la maison forestière, merci Gilles pour ton accueil !

http://www.corambe.com/caminarello/SOL83.JPG

 

Et une heure après, voici la pluie !

http://www.corambe.com/caminarello/SOL84.JPG

 

On s'est pris 5 heures de grosse pluie non stop, on voulait tester, on a testé ! Moralité : non, les bottes de pluie, on ne peut pas s'en passer, même si ça prend de la place dans les sacoches. J'étais un peu déçue parce que je savais que sur cette étape on aurait de superbes vues puisqu'on longeait le mur de la peste sur une crête où on a une super vue sur le comtat venaissin et le Ventoux, et là on voyait pas à 10m...

D'un coup vers 15h la pluie s'est arrêtée et le soleil est réapparu (c'est l'avantage d'habiter dans le sud). Aux alentours de Bédoin on a croisé Alice,  alors re-apéro (comme le premier jour) et gros coup de chance parce qu'elle avait des bottes dans sa voiture alors j'ai même fait le dernier jour avec les pieds au sec !

 

Jour 28 : Bédoin => Malaucène

 

Grand soleil, chemins magnifiques et vue imprenable sur les Dentelles de Montmirail et le Ventoux :

home sweet home !!

http://www.corambe.com/caminarello/SOL86.JPGhttp://www.corambe.com/caminarello/SOL87.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.corambe.com/caminarello/SOL90.JPG

 

 

Premiers panneaux nous indiquant Malaucène...

http://www.corambe.com/caminarello/SOL85.JPGhttp://www.corambe.com/caminarello/SOL88.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin le village !

http://www.corambe.com/caminarello/SOL91.JPG

 

Cette petite boucle est déjà terminée, et j'ai déjà hâte de repartir en Mars !

En attendant, je vous souhaite une bonne année à tous, que 2012 soit l'année de l'accomplissement de vos rêves.

Publié dans Carnet de route

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lio 13/01/2012 15:59

Salut
C'est vraiment très bien comme tour de rodage. Belles photos et c'est très intéressant d'avoir toutes ces informations sur tous ces lieux familiers dans lesquels on passe trop vite sans en
connaitre l'histoire.
Merci beaucoup pour cette approche.
Un très bonne année à vous et à bientôt.
Lio

Françoise 13/01/2012 00:37

Oui, je suis très admirative moi aussi, de toi, ma fille magnifique. Je savais que tu étais courageuse, que tu avais une énergie grande et belle. Mais entre savoir et voir, il y a.....ça! Et je ne
suis pas sûre que la famille ait grand chose à voir avec ce courage et cette énergie... C'est toi cette énergie, ce que tu es et ce que tu oses. Merci de si bien nous faire partager cette aventure
de vie.
Sa vie, on se la fait. Et toi, la tienne, tu la fais si bien!
Je t'embrasse fort, ma fille chérie, et, tout comme Florence est fière d'être ta tatie, je suis fière, vraiment,et heureuse, vraiment, d'être ta maman.

La Caminarello 12/01/2012 16:17

@Florence : Merci!! La force et le courage, c'est de famille.
Tu as vu je n'ai finalement pas eu le temps d'aller jusqu'à St Paul voir les Chagall, ce sera pour une prochaine fois. Pourquoi pas en famille si ça vous dit un jour! Gros gros poutous à vous 3

La Caminarello 12/01/2012 16:11

@Dominique : C'est vrai qu'on les a bien bossés nos abords et nos contrats de foulée dans les lavandes !! Très formateur ! :D

La Caminarello 12/01/2012 16:09

@Caroline et Christine: Merci beaucoup pour votre message! C'est vrai que les rencontres ont été belles, c'est tellement agréable d'être dans la relation à l'autre simple et libre, en dehors de
tout intérêt et de tout jugement. Tous les animaux vont bien, ils se préparent au prochain départ. J'espère que toute la famille va bien, que Caroline s'amuse bien au club où elle monte et que le
poulailler se porte bien! ^^ à bientôt