De St Michel de Lanès à Gazave

Publié le par La Caminarello

Samedi 27 Octobre

St Michel de Lanès => Calmont

 

Après deux jours très agréables passés chez Audrey et sa petite famille, nous voilà parties en direction de l'Ariège. Nous suivons de petites routes, et je passe la première heure à pied pour expliquer à Tara qu'elle doit rester à droite lorsque nous sommes sur la route. Elle comprend très vite et avant la fin de la journée je peux être à cheval avec elle en liberté qui reste à sa place, ou du moins qui s'y remet quand je le lui demande.

Cette première journée n'est pas des plus agréables, le vent, la pluie et un froid glacial sont de la partie, je connais déjà les paysages que l'on traverse et ils ne sont pas forcément à mon goût. Ce sont des collines majoritairement cultivées en céréales, c'est un peu monotone...

Arrivées à Calmont où je veux poser le bivouac, je me vois d'abord refuser un terrain qui aurait été idéal pour nous, ce qui ne m'est que très rarement arrivé, et quand on peut enfin se poser, le vent casse deux des arçons de la tente. J'avais prévu le coup, mais pas pour deux arçons en même temps et ne peux réparer. J'ai pu quand même monté la tente et, même si elle n'avait pas fière allure, passer la nuit dessous, mais ce fut mouvementé comme premier jour. 

 

http://www.corambe.com/caminarello/img1.jpg

 

http://www.corambe.com/caminarello/img2.jpg

Derniers préparatifs...

 

http://www.corambe.com/caminarello/img3.jpg

 

http://www.corambe.com/caminarello/img4.jpg

 ...avant le départ !

(Merci Sylvie pour les photos)

 

Dimanche 28 Octobre

Calmont => St Martin d'Oydes

 

La pluie s'est arrêté, mais il reste le vent. Une fois passé Saverdun, on repart dans les collines qui se boisent un peu. La carte au 1:100 000 que j'ai ne comprend pas les chemins, et je comptais donc prendre des petites routes, mais l'Ariège dans laquelle on vient d'arriver semble bien balisée, et pleins de chemins relient les villages que l'on a à traverser.

La journée est froide mais agréable. Je passe dans les villages de mes ancêtres, notamment Esplas, et décide de m'arrêter peu avant St Martin d'Oydes, qui en est un autre. Je repère un terrain à l'abri du vent et demande aux habitants de la ferme à proximité l'autorisation d'y passer la nuit. Je serai accueillie par un chaleureux « Bienvenue à La Boulbenne » et invitée à passer la soirée et la nuit chez Françoise et Benoît.

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6808.JPGEntrée dans l'Ariège et pensée pour Nadine ^^

Lundi 29 Octobre

St Martin d'Oydes => Pailhès

 

Je repars de cette accueillante maison avec tout ce qu'il faut pour réparer la tente et un pique-nique cuisiné par mon hôtesse. Dès le début, l'Ariège semble mériter sa réputation !

Nous faisons une halte dans le village de St Martin d'Oydes, qui est construit en cercle autour de son église, et où se trouve une source sacrée, vénérée par mes aïeules. Le temps est enfin de la partie, et je relie Pailhès par de beaux chemins. Les collines sont ici semblables à celles de l'Aude, mais la région est plus portée sur l'élevage, et ça rend le tout bien plus agréable à l’œil. Ce ne sont plus ces immenses parcelles labourées et sans âmes, mais de beaux prés entourés de bois et où d'imposantes vaches nous regardent passer. On croise aussi beaucoup de mérens, pays oblige !

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6813.JPG

Petite vue sur les Pyrénées 

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6814.JPGLe village de St Martin d'Oydes, on devine le cercle autour de l'église

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6816.JPG

Le centre du village 

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6821.JPG

 

 

Mardi 30 Octobre

Pailhès => Le Mas d'Azil

 

De bon matin, on part sous la grisaille dans les bois. Arrivées en haut du Pas du Roc, on retrouve le soleil, et de la roche calcaire (et ça, ça me fait plaisir, quand vous êtes d'un pays ça vous façonne l'air de rien, et chez nous la caillasse c'est pas ce qui manque!). Il n'y en avait pratiquement pas dans les coins qu'on vient de traverser (c'était même souvent difficile de trouver un caillou le soir pour enfoncer les pieux des juments!). En prime, on a une superbe vue sur les Pyrénées enneigées. On redescend vers Le Mas d'Azil, que j'ai trouvé très mignon comme village. Depuis quelques jours, on croise plein de vieilles maisons à colombages, et c'est le cas ici aussi.

J'y fais quelques petites courses et la rencontre de Patrick, qui nous invite à passer la nuit où il habite, et où vivent plusieurs familles. On est passé dans la très impressionnante grotte du Mas d'Azil pour y aller, traversée dont je n'ai pas trop pu profiter : une famille qu'on venait de rencontrer nous a suivies sur ce tronçon, ce qui m'a plus stressée qu'autre chose et les véhicules qu'on croisait faisait un bruit d'enfer une fois le bruit répercuté sur la roche. C'était la première fois je crois que Caroline a eu vraiment peur, alors que Brownie était tranquille. Heureusement, ça aurait été moins gérable sinon !

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6828.JPG

 

 

Mercredi 31 Octobre

Le Mas d'Azil => Montjoie en Cousérans

 

Comme hier, la matinée est grise. On suit des petites routes pour enfin rejoindre un GR, le 78, que l'on va suivre ensuite pendant un bon moment. Tara ne s'est toujours pas fait à son panier sur la mule, elle a peur d'y rester quand Caroline marche, du coup je la porte devant moi sur Brownie une bonne partie du temps. Elle s'est bien adaptée à cette position, mais ça me fatigue un peu les bras, et il y a des moments où c'est assez acrobatique de gérer jument et mule tout en tenant la chienne en même temps. Dès que j'en trouve, j'essaierai de bricoler une cage avec du grillage, à fixer sur le panier.

Il y a plein de châtaigniers depuis quelques jours, et je ramasse de belles châtaignes un peu chaque jour. On bivouaquera dans un beau pré juste avant Montjoie en Cousérans.

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6878.JPG

Tara, deuxième cavalière de l'équipe 

 

Jeudi 1er Novembre

Montjoie en Cousérans => Alas

 

Je souhaite m'arrêter à St Girons pour faire des courses, parce qu'ensuite on ne va pas beaucoup croiser de villes, et je me rends compte la veille qu'aujourd'hui est un jour férié. Tant pis, on y va quand même. Sur la route on traverse Montjoie et St Lizier, qui sont vraiment de beaux villages avec vieux remparts pour l'un et un grand château et une superbe église pour l'autre. On longe le Lez qui nous amène à St Girons. La ville est plus petite que ce à quoi je m'attendais, mais une supérette est quand même ouverte aujourd'hui, donc on se ravitaille et on repart en direction de Castillon. Le GR nous fait emprunter de beaux chemins au milieu des prés, c'est très agréable.

Je sors du GR et cherche un terrain à Alas pour le soir. Je frappe à une maison devant laquelle était garée une 4L : ma petite expérience de squatteuse de terrain m'a montré maintes fois que, oui, de vieilles voitures pas très classes étaient souvent synonymes de propriétaires accueillants (attention que l'on ne se méprenne pas, "pas très classes" mais j'adore les 4L!).

Bref, la propriétaire de la 4L n'était pas celle de la maison mais une amie à elle, et elle m'a proposé le pré devant chez elle. Karine, factrice de son état et vraie ariégeoise, m'a amenée chez des amis paysans pour chercher de l'orge pour les juments, on a pris l'apéro chez sa voisine, une marseillaise adorable, puis elle m'a hébergée chez elle. J'avoue que ça m'a fait plaisir aussi de recevoir l'hospitalité d'une personne du cru, et qui ne rentre pas dans la case "babos". Il y a ici une fracture assez importante entre la population ariègeoise de souche et les néo-ruraux baba, avec peu d'échanges entre les deux, c'est bien dommage. 

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6838.JPG

Arrivée à St Lizier

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6842.JPG

 Y a pas de doute, c'est bien un nom ariégeois, j'en vois partout !

 

Vendredi 2 Novembre

Alas => Galey

 

L'altitude n'est pas encore très élevée ici (entre 500 et 900m), mais on se sent vraiment en montagne. Je ne traverse que des petits hameaux ramassés sur une pente, où les toits sont pentus et en ardoise. Entre ces hameaux, il n'y a pas de fermes, mais de vieilles granges en bois et lauze où était entreposé le foin, à proximité des pâtures.

Le temps est magnifique, et peu après ma pause de midi, je croise une jeune avec son âne qui faisait la sienne. Elle était à deux jours de chez elle et rentrait de 3 mois de voyage jusqu'à Hendaye, par le GR10 à l'aller et le GR78 au retour. Nous allons donc marcher dans ses traces !

Je m'arrête le soir au Col de la Hourque, où Véronique et Benoît sont installés depuis 4 ans en chèvre, fromagers fermiers bio. Ils me prêtent une de leurs pâtures, les juments goûtent donc à un peu de liberté, et m'invitent à dîner avec eux. Ici aussi ils me parleront des difficultés qu'ils ont à s'intégrer dans cette Ariège à deux visages, où les autochtones leur mettent disent-ils des bâtons dans les roues dès qu'ils peuvent.

Avis à ceux qui passeraient dans le coin, ils font de supers fromages !

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6864.JPG 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6869.JPG

Bivouac bucolique

 

Samedi 3 Novembre

Galey => Razecueillé

 

Pratiquement dès mon départ du Col de la Hourque, je suis prise de douleurs au ventre. Je ne sais pas ce que c'est, mais ça me plie en deux et je fais deux pauses dans la matinée où je dois m'étendre par terre pour calmer la douleur. Ça tombe mal, le programme aujourd'hui est plutôt sportif. On passe le col du Portet d'Aspet, qui n'est pas très haut (1069m) mais il faut bien monter quand même, puis on monte encore dans un chemin très étroit, à pic et qui dure sur des kilomètres. La vue est magnifique, le soleil darde ses rayons dans les feuillages aux couleurs automnales, sur certaines parties on traverse des forêts de buis, tout cela me ravit et soigne mon mal de ventre.

 

Le chemin est difficile par contre, et demande une certaine concentration, les dénivelés sont là et je suis obligée de marcher, ainsi quand on sort de la forêt et qu'on arrive une dizaine de kilomètres après au premier hameau, l'effet magique de tous ces arbres s'estompe et ma douleur reprend. Je décide donc de m'arrêter avant le village où je voulais arriver, mais avec mes longues pauses, il était temps de toute façon. Je trouve un beau pré pas trop en pente (avec la montagne arrive la question du bivouac qui ne penche pas trop!), et des toulousaines venues passer les vacances dans la grange familiale retapée me proposent une douche chaude et m'offrent plein de douceurs.

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6895.JPG

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6898.JPG

Oui, c'est trop beau ! 

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6902.JPG

 Pour passer un dimanche pluvieux sous la tente, ça aide ^^

 

Dimanche 4 Novembre

Journée de repos

 

J'ai passé ici une très bonne nuit, malgré les biches et autres bestioles qui ont traversé le pré à une trentaine de mètres de la tente toute la nuit. Mais dès le matin, la pluie tombe, et je n'aime pas préparer les juments sous la pluie. En plus, je dois voir un véto pour un rappel de vaccin de Tara et je sais qu'il y en a un à quelques bornes, aussi si je pars aujourd'hui dimanche, je raterais la possibilité de l'amener là, et je ne sais pas après où j'en trouverai. Je décide donc de faire mon jour de repos ici, même si je n'ai pas la possibilité d'aller sur Internet, ni de téléphoner, ni de faire ma lessive ou autre.

J'ai finalement été plutôt bien inspirée puisqu'il a plu toute la journée sans discontinuer.

 

Lundi 5 Novembre

Razecueillé => Ore

 

Bien reposées, on repart vers Aspet, pour y voir le véto. Une fois arrivée dans le village, qui est quand même à quelques kilomètres de là où on était, on me dit que le véto vient de partir 15 minutes avant, et qu'il ne rentre que le soir à 17h. Donc petit détour pour rien! Et petite frayeur en prime : en sortant d'Aspet, à une intersection on allait tout droit, et Tara ne nous a pas suivi et ne m'a pas écouté au rappel, elle a donc traversé un peu après nous et s'est pris une voiture qui tournait justement, et dont le conducteur regardait surtout les juments. J'ai entendu le bruit, et la chienne crier, et j'ai de suite imaginer le pire, la chienne en charpie sur la route, ou pire, et non, elle a eu beaucoup de chance et est revenue vers nous sans même boîter, ni de douleur ou d'égratignure. Increvable ! J'espère surtout que ça lui servira de leçon...

Une fois passé le col des Ares, on est redescendu dans la vallée suivante, le Comminges. C'est très joli aussi, mais il y a beaucoup moins l'ambiance montagne, pourtant on est guère plus bas. Mais au niveau architectural par exemple, les toits ne sont plus si penchés ni en ardoise. On s'est finalement arrêtés à Ore, dans le jardin d'une famille.

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6913.JPG

Ptite dédicace à Driss et la clique de Malaucène ;) 

 

Mardi 6 Novembre

Ore => Montréjeau

 

Départ sous la pluie, on suit la Garonne dans la vallée jusqu'à Montréjeau, où je savais que se trouvait un cabinet vétérinaire. Cette fois j'avais appelé pour avoir les horaires de consultations... Sur le chemin, je me suis arrêtée dans une boulangerie qui avait déjà eu comme cliente la jeune avec son âne que j'ai croisée il y a quelques jours. C'est rigolo de marcher dans ses pas.

Le soleil a fait son apparition dans la matinée, et j'ai fini par apercevoir Montréjeau, qui de loin semblait une ville assez bourgeoise et plutôt impressionnante (ça m'a fait pensé à Lyon, même s'il se peut que quelques jours passés dans les montagnes ait légèrement faussé ma perception), perchée derrière la Garonne avec de beaux grands immeubles en premier plan. Du coup l'impression a été d'autant plus glauque quand, une fois passée la Garonne, je me suis engagée dans la première rue qui monte à la ville : toutes les maisons étaient abandonnées, tombant pratiquement en ruines, avec les portes et fenêtres bouchées par des parpaings, aucun commerce et pas un chat. On m'a dit plus tard que c'était dû au fait que, jusqu'à une déviation mise en place quelques années auparavant, beaucoup des camions partant vers l'Espagne passaient par là, et que c'en était invivable. Et puis en plus avant l'autoroute, les gens s'arrêtaient dans des villes comme ça, cela amenait une certaine activité, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Et enfin, c'est une région où l'industrie tient quand même une place importante pour l'emploi, et tout le monde sait que la mondialisation a fait particulièrement de mal à ces régions là.

Bref, Tara a finalement pu avoir son rappel de vaccin, j'ai fait quelques courses (de nouveau épisode des juments attachées devant le Carrefour et du transfert d'orge sur le parking de la coopérative), et l'assistante véto m'a envoyé chez son beau-fils, éleveur en vaches allaitantes, pour y passer la nuit. Thomas nous a super bien accueillies, les juments ont eu droit à un paddock immense, et moi invitée à venir me doucher et passer la soirée avec sa copine et lui.

 

Mercredi 7 Novembre

Montréjeau => Gazave

 

En quittant Montréjeau sous un grand soleil, on a contourné le lac qui est en bas de la ville, avec une superbe vue sur le Pic du Midi. L'automne est bien arrivée maintenant, et c'est la saison idéale pour se balader dans la nature. Avec une lumière comme aujourd'hui, il y a vraiment des tableaux magnifiques et des fois rien qu'en regardant quelques arbres baignés de lumière, je me dis que je pourrais m'arrêter, j'aurais eu assez de beauté pour la journée.

Dans la matinée, je longeais une petite route et j'ai rencontré un couple d'anglais et leur fils qui se sont arrêtés en me voyant parce qu'ils ont passés plusieurs années à voyager en France et Angleterre avec une roulotte et deux mules. Décidément, la région est bien pourvue en voyageur équestre.

Après avoir suivi la Neste, on est descendu un peu vers le sud pour entrer demain dans la vallée du même nom. On s'est arrêtées à Gazave, et nous avons trouvé là un couple adorable, Bernard et Béatrice, qui nous hébergent pour la nuit et grâce à qui je peux poster ces quelques nouvelles. Les juments elles ont droit à un paddock bien herbé, c'est le pied!

C'est vraiment une partie agréable du voyage à cheval que toutes ces rencontres, simples et sincères. On m'avait dit que dans les Pyrénées les gens étaient agréables, mais effectivement pour l'instant je croise plein de gens chez qui l'hospitalité semble être une valeur toute naturelle.

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6917.JPGLac de Montréjeau et Pic du Midi

 

http://www.corambe.com/caminarello/IMG_6921.JPG

 

Voilà donc pour ces premiers jours, tout se passe bien, je vais tenter de monter un peu plus dans les hauteurs à partir de demain, on verra si la météo continue à être sympa... Gros bisous à mes proches et encore merci à tous les gens extras que je croise chaque jour!

 

Publié dans Carnet de route

Commenter cet article

Philippe Gimel 10/11/2012 00:07

Salut Clémence, plein de courage pour la suite et bravo pour ces 1er jours, les supers photos et commentaires toujours aussi sympas :) Profites bien, moi je bois un verre à la tienne ;)

La Caminarello 04/01/2013 15:40



Ahah, merci! Du coup je suis pas passé boire un coup avant de partir, je viendrais avec grand plaisir quand je repasserai vers Malaucène



alice 08/11/2012 18:51

ha ha, c'est vrai que c'est un plaisir de te lire! ^^ profite bien, j'éspère que ta route vers les montagnes va bien ce passer, d'ailleur j'aime beaucoup l'anecdote "trouvé un terrain plat" :-) a++
bises!!!

Gérald 08/11/2012 08:15

Content que tu sois de nouveau sur la route !! Pour ta culture personnelle, "boulbène" veux dire "terre lourde" ou "argile" en occitan (avec en plus du sable grossier), il était donc normal que tu
ne trouves pas de cailloux dans ces coins là ! J'attends ton prochain billet, pourrai-je m'en servir pour publier un article dans la Feuille de Chou ?

La Caminarello 04/01/2013 15:44



Oui, les proprios de la maison m'ont parlé de la signification du mot. Cette fameuse terre a servi à construire une partie de leur maison.
Il y a pas de souci pour un article dans la feuille de chou, dis moi peut-être si tu veux que je fasse des versions plus résumées. L'AG c'est bien passée au fait?



Françoise durrieu 08/11/2012 07:02

C'est toujours un grand bonheur de te lire, "ma" Clémence! Je suis heureuse pour toi de toute cette beauté que tu croises au long de ta route : beauté des personnes rencontrées et beauté des "pays"
traversés. Tu as bien de la chance! Et tu la mérites! Aux prochaines nouvelles donc! Gros bisous .

manu domi et nadine 08/11/2012 01:24

Super, tu assures, et nous suivons ton periple avec grand interêt, nous t embrassons, tous les 3 et une pensee à tes compagnons de route, à bientôt de te lire